Mon engagement pour la Correze

Au cours du mandat qui s’achève, nous avons fait face collectivement à des évènements d’une exceptionnelle gravité, et nous nous trouvons désormais confrontés à de nombreux défis qui exigent de nous cohésion, sang-froid et solidarité.
Vous représenter à l’Assemblée nationale a renforcé ma conviction que c’est ensemble que nous pourrons relever ces défis, rassemblés autour des valeurs fondatrices de notre République

C’est dans cet esprit que je veux poursuivre le travail engagé en votre nom et sollicite à nouveau votre confiance, avec ma suppléante, Pascale BOISSIERAS, pour les élections législatives des 11 et 18 juin prochains.

Pascale BOISSIERAS est conseillère départementale de l’Yssandonnais et chef d’entreprise dans le secteur agricole à Juillac où elle vit. Elle connaît bien les questions relatives à la ruralité et à son développement économique.

Quant à moi, beaucoup me connaissent et savent que je suis avant tout médecin et que j’ai rempli avec fidélité et humilité les mandats que mes concitoyens m’ont confiés.


Un bilan assumé

Mon choix est celui de la responsabilité, de la gauche qui gouverne et qui a pour ambition de rassembler les français. Sous la conduite de François HOLLANDE, nous avons notamment :
•    généralisé le tiers-payant pour faciliter l’accès à la santé,
•    instauré le compte personnel d’activité qui permet de porter ses droits tout au long de sa vie,
•    mis en place la Garantie jeunes pour les accompagner vers l’autonomie,
•    créé les droits rechargeables à l’assurance chômage,
•    rétabli la retraite à 60 ans pour les carrières longues,
•    fait le mariage pour tous,
•    placé au même niveau les barèmes d’imposition des revenus du travail et du capital,
•    introduit une tranche supérieure de l’impôt sur le revenu pour les plus aisés,
•    redonné la priorité à l'école de la République,
•    préservé la souveraineté de la France en rétablissant les comptes publics,
•    maintenu la cohésion républicaine face à une nouvelle menace terroriste.


Avons-nous tout réussi ? A l’évidence non. Il n’y a pas de grand soir. Juste une cohérence des réformes, qui depuis un siècle ont forgé le modèle français auquel nous sommes très attachés.


J’ai choisi de siéger à la Commission de la Défense nationale et d’être membre de la Délégation Parlementaire au Renseignement, sujets essentiels pour les intérêts stratégiques du pays et pour la sécurité des Français. Le rôle fondamental joué par ce secteur pour notre territoire avec le renforcement du 126ème régiment d’infanterie et les nombreuses implications économiques de la Défense dans nos PME et notre industrie a également justifié mon choix.

 

Des convictions affichées


Je considère que la modernisation du pays ne consiste pas à diminuer drastiquement les effectifs de la fonction publique. Nous avons besoin d’enseignants dans les écoles, de policiers dans les villes, de gendarmes dans les campagnes, de personnels de santé dans les hôpitaux…

Je crois à une vision dynamique de la ruralité et de l’équilibre des territoires qui passe par la présence d’activités économiques y compris agricoles, de services publics de proximité et de maisons de santé, mais également par une complémentarité entre les villes-centres (comme Brive), les territoires péri-urbains et les territoires ruraux. C’est ce que j’ai porté en matière d’aménagement du territoire, de mobilités (POLT, TER et grande vitesse, aéroport) et d’accès au numérique. J’entends poursuivre ces actions.


C’est aussi ce que j’ai souhaité mettre en oeuvre dans le cadre de la réserve parlementaire, publiée en toute transparence chaque année, en soutenant des projets sur l’ensemble du territoire en priorité dans les petites communes et en accompagnant des initiatives des acteurs associatifs dans les domaines de la solidarité, du sport et de la culture.

Ma vision social-démocrate de l’action publique, me conduit à agir pour la réduction des inégalités notamment par la lutte pour l’emploi, une meilleure prise en charge des personnes âgées, par exemple par la création d’un service public des maisons de retraite, l’accompagnement des jeunes vers l’autonomie…

Le monde évolue rapidement, des pans entiers de notre économie sont en mutation, l’environnement doit être préservé, la transition énergétique accompagnée. Il en va de l’avenir de nos enfants. Je suis convaincu que c’est au sein de l’Union Européenne et avec l’ensemble de nos partenaires que nous pourrons accompagner à la fois ceux qui créent et ceux
qui souffrent sans céder aux propositions simplistes de repli et d’intolérance.


Nous ne pouvons pas renoncer. Notre engagement profond c’est le refus de l’injustice, de la désintégration sociale et de la désertification des territoires ruraux. Ce qui est à bâtir c’est un nouveau compromis à la fois juste, dynamique, solidaire mais aussi répondre au triple défi, social, écologique et démocratique du 21ème siècle.


Soutenu et accompagné par Pascale BOISSIERAS, je suis et persisterai à être l’avocat de la Corrèze et de la circonscription dans la Nouvelle-Aquitaine comme au sein de la nouvelle Assemblée.


Les dimanches 11 et 18 juin 2017, en choisissant ma candidature dans la 2ème circonscription de la Corrèze, c’est autour du progrès pour tous, du respect et de la confiance que vous nous rejoindrez.

signature_PN.png

 

Télécharger le courrier aux habitants de la 2ème circonscription